Causes et conséquences

Les causes des différences de salaire entre femmes et hommes sont variées. Elles sont en partie d’ordre historique, mais relèvent aussi de stéréotypes de genre profondément ancrés. L’absence ou le manque d’offres d’accueil extrafamilial et la répartition inégale du travail non rémunéré de prise en charge de proches y contribuent aussi.

Discriminations « sur le marché »

On parle de discrimination à l’emploi lorsqu’une femme, à qualifications égales, a moins de chances d’être engagée, de suivre une formation continue, d’être promue et d’accéder à des fonctions exigeantes. Si, pour un travail égal ou de valeur égale, elle perçoit une rémunération différente que celle d’un homme, on a affaire à une discrimination salariale. À cet égard, il convient de faire la distinction entre une discrimination directe et une discrimination indirecte. Il y a discrimination salariale directe par exemple lorsque le salaire minimal d’un auxiliaire est différent de celui d’une auxiliaire. Si davantage de femmes travaillent à temps partiel et que le personnel à temps partiel est moins bien rémunéré, il s’agit alors d’une discrimination indirecte. Il en va de même lorsqu’un métier typiquement féminin (p. ex. infirmière) est moins bien rémunéré qu’un métier typiquement masculin de même valeur (p. ex. policier), pour autant qu’ils soient de même valeur.

Comment en arrive-t-on à des situations de discrimination salariale ?

En général, la discrimination salariale n’est pas intentionnelle. Souvent, les causes résident dans une différence d’appréciation du travail et des performances des femmes et des hommes, objectivement injustifiée, mais pour laquelle les stéréotypes de genre jouent un rôle déterminant. De plus, elle survient aussi lorsque les salaires ne sont pas fixés selon une grille établie et transparente, mais avant tout négociés individuellement. Les entreprises peuvent réduire de manière efficace le risque de discrimination salariale involontaire, si elles analysent régulièrement leur pratique salariale et évitent des biais de genre lors de l’évaluation du travail, de la fixation des salaires des différentes fonctions et de l’évaluation des prestations.

Conséquences de la discrimination salariale

La discrimination salariale pénalise les femmes et leurs familles à court et à long termes puisque des salaires plus bas ont aussi des répercussions sur les assurances sociales et le niveau des rentes. Mais elle a aussi des conséquences pour la société dans son ensemble. L’État doit accorder plus d’aides sociales tout en percevant moins d’impôts et de cotisations aux assurances sociales. L’économie dispose d’un réservoir de main-d’œuvre qualifiée plus faible, lorsque les femmes sont insuffisamment présentes sur le marché du travail. Enfin, la discrimination salariale représente une distorsion de la concurrence entre entreprises et peut menacer la paix sociale.
 

Informations complémentaires

https://www.ebg.admin.ch/content/ebg/fr/home/themes/travail/egalite-salariale/bases/causes-et-consequences.html